FO Santé Hôpital des Charpennes ! Les hospitaliers syndiqués et revendicatifs de l'hôpital public !

vendredi 20 avril 2018

Pourquoi Force Ouvrière ? Le nom de votre syndicat est lié à quoi ?

Repères : Pourquoi Force Ouvrière ?


Force Ouvrière tire son nom du journal clandestin fondé par les « confédérés » de FO pendant la Seconde Guerre mondiale. Dénommé alors Résistance Ouvrière, le journal devient Force Ouvrière, sous l’impulsion d’André Viot, qui dirige alors la publication. Celle-ci regroupe autour d’elle, dès décembre 1945, les syndicalistes rassemblés en groupes d’Amis de Force Ouvrière, qui veulent rendre à l’organisation syndicale son indépendance d’action vis-à-vis du parti communiste.

117325698

 

Posté par lemilitant à 17:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


mercredi 18 avril 2018

Pascal PAVAGEAU , futur Secrétaire général confédéral de FO : ça va être chaud !

Le futur numéro un de FO, Pascal Pavageau, condamne la "logique d'individualisation" de la société prônée selon lui par Emmanuel Macron et se prête à rêver d'une "réhabilitation" du syndicalisme, dans un entretien à l'AFP.

Celui qui doit être élu le 27 avril secrétaire général de Force ouvrière, précise d'emblée qu'il n'est pas franc-maçon et n'appartient à aucun parti. Une façon pour lui de marquer une distance avec Jean-Claude Mailly, à la tête du troisième syndicat français depuis 2004.

"Je veux incarner l'indépendance, ce qui est un changement depuis la création" de FO en 1948, après une scission avec la CGT: tous les secrétaires généraux de FO étaient adhérents du parti socialiste.

La ligne de ce presque quinqua issu de la fonction publique? Celle de FO "historique", c'est-à-dire "négocier à chaque fois qu'on peut le faire car la négociation est un rapport de force, un bras de fer intense".

Et ensuite? "Pas d'état d'âme" à aller à la contestation, qui va de l'action en justice à la grève et à la manifestation.

Approuvant la convergence des luttes prônée par la CGT, il lui préfère le terme "unité d'action". Mais elle "ne s'improvise pas et se prépare".

Le terrain semble propice, selon lui. "De plus en plus de travailleurs et de citoyens sont d'accord pour dire que la vision de Macron du nouveau monde où on est tous livrés à nous-mêmes, tous autoentrepreneurs, ne correspond pas à l'esprit d'une République d'égalité des droits".

- "Bombes à fragmentation" -

Plus globalement, il critique la "logique d'individualisation" prônée selon lui par le président de la République à l'opposé de sa propre vision, fondée sur le "droit collectif, l'égalité des droits et les valeurs républicaines".

Il est "frontalement contre" le compte personnel d'activité (CPA), mis en place sous François Hollande et qui, selon lui, "suit une logique de dévitalisation des droits collectifs et d'individualisation des droits que je ne partage absolument pas".

Plus généralement, "lorsqu'on obtient de nouveaux droits" dans une entreprise, une branche ou en interprofessionnel, il est "de la responsabilité de la puissance publique de les étendre ou de les généraliser pour garantir l'égalité des droits".

Le futur leader voit comme un "autoritarisme primaire", "quasi dictatorial" le fait que pour la réforme de la formation professionnelle, l'exécutif n'ait pas pris en compte le refus unanime des syndicats de transformer l'unité de mesure du compte personnel de formation (CPF), en euros plutôt qu'en heures.

Et raille "le big bang" de la formation professionnelle promis par Muriel Pénicaud avec cette réforme qui doit être présentée en conseil des ministres le 27 avril, en plein congrès de Force ouvrière. "Big bang, ça rime avec boomerang, qui peut mettre du temps à revenir mais revient toujours".

Face à la "com' très bien faite" et "extrêmement efficace" de l'exécutif, lui envisage de moderniser celle de Force ouvrière, promettant "phrases chocs" ou présence plus adéquate sur les réseaux sociaux où le syndicat "est mauvais".

Autre mission: "essayer de réhabiliter le syndicalisme dans l'esprit de chacun". "Syndicalisme ne rime pas forcément avec chemise arrachée ou pneu brûlé. C'est avant tout protéger et défendre les collègues et les salariés", relève-t-il.

"Syndicalisme, c'est un engagement", insiste-t-il, regrettant que "sur les plateaux télé, quand on a affaire à un représentant d'une association quelconque, c'est noble et positif, mais dès qu'il s'agit d'un syndicaliste, c'est tout de suite ringard, c'est l'empêcheur de tourner en rond".

Or l'enjeu est crucial car "les digues du statut, des conventions collectives, du Code du travail, de la Sécu sont très largement fissurées" et "le gouvernement pose des bombes à fragmentation sur ces digues" en vantant le "chacun pour soi, dans une logique de jungle".

pascal-pavageau-photographie-a-paris-le-4-avril-2018

lundi 16 avril 2018

Nous répondrons en masse à MACRON le mardi 22 mai en grève et dans la rue !

fonction publique

 

NON au deuxième jour de travail gratuit , non aux suppressions de postes , non à la multiplication des contractuels , non au salaire au mérite , non à la suppressions des CHSCT et des heures syndicales pour les militants et militantes !

 

Posté par lemilitant à 12:41 - Commentaires [1] - Permalien [#]


samedi 14 avril 2018

Aux CHARPENNES ET AUX HCL !

26730795_564758710548588_107506070563913764_n

Posté par lemilitant à 14:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

FO DURCIT LE TON AVEC PASCAL PAVAGEAU !

oLu3R

Premier coup de griffe du remplaçant de Jean-Claude Mailly. Sur son compte Twitter, Pascal Pavageau, 49 ans, seul candidat à la succession du leader aux petites lunettes rondes, a décidé d’imprimer sa différence. « A tous ceux qui se mobilisent pour une juste répartition des richesses, pour garantir nos statuts et droits collectifs et pour résister à une logique d’individualisation de la société visant à « déprotéger » les travailleurs, j’apporte mon soutien plein et entier » écrit-il.

Le message est clair et tranchant. Il s’agit désormais pour celui qui sera le nouveau visage de FO le 27 avril prochain - à l’issue du congrès de Lille - de rassurer des troupes déboussolées par les positions « molles » du secrétaire général sortant.

« Mon tweet n’est pas une fake news, c’est ma ligne, a-t-il expliqué au Parisien-Aujourd’hui en France. Et je ne suis pas en campagne, étant le seul candidat», insiste cet ingénieur diplômé des travaux publics, engagé à FO depuis 1991 et qui se prépare depuis 2011 à prendre les rênes de la troisième confédération syndicale.

 

« Par définition il est normal pour un secrétaire général de soutenir les camarades dans l’action, comme les cheminots, les fonctionnaires, les salariés d’Air France, de Carrefour… » assène-t-il comme une évidence.

« Mailly s’est fait macroniser »

Une pique adressée à son prédécesseur. Il y a quelques jours, Jean-Claude Mailly avait déclaré que les cheminots FO ne représentaient pas grand-chose au sein de la SNCF. « Ça râle dans les rangs. Le Mailly 2018 n’est plus sur le front comme il l’était en 2006 avec le CPE. Il n’a pourtant rien à perdre maintenant, il devrait défendre ceux qui se bagarrent et taper sur la politique injuste défendue par le gouvernement. Pourquoi ne le fait-il pas ? » s’insurge un haut responsable de FO, persuadé que Mailly « s’est fait macroniser ».

« Je ne suis pas le clone de Jean-Claude Mailly » avait prévenu Pascal Pavageau en décembre 2017. Les militants ne vont pas être déçus ! S’il compte assurer la continuité du « réformisme constructif » dans l’ADN de FO depuis Marc Blondel, il entend aussi rétablir la notion de « convergence des luttes » rayée du vocabulaire de la maison depuis quelque temps.

« On va résister, revendiquer et reconquérir pour défendre notre monde »

« Cela fait un an qu’il y a un problème avec notre ligne, depuis l’élection présidentielle. Demain on va résister, revendiquer et reconquérir pour défendre notre monde, celui qu’on a bâti et qui repose sur un modèle social » prévient-il. Et d’ajouter sûr de lui : « Dans une semaine je serai très surpris que l’ensemble des camarades ne soutiennent pas cette logique de rassemblement de l’ensemble des revendications. Le modèle du chacun pour soi du gouvernement n’est pas le nôtre ! »

 

Posté par lemilitant à 08:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 13 avril 2018

Un deuxième jour de travail gratuit pour financer la Dépendance ! Du foutage de gueule , grave !

C'est la dernière trouvaille du Président des riches et de sa Minsitre déconnectée de la Santé ! Faire travailler les salariés de nouveau gratuitement pour soi diant la Dépendance !

En 2003 , RAFFARIN avait instauré le Lundi de Pentecôte après la canicule pour " aider " nos p'tits vieux ! On a vu les résultats dans nos EHPAD !

Aux charpennes , le 5 AB dont l'UHR ne sont toujours pas climatisés en ......2018 !

MACRON cherche de l'argent frais pour compenser l ' ISF qui l' a supprimé aux riches !

Entrons en résistance ,  convergences des luttes , syndiquez vous FO !

travail-gratuit-470x200

Posté par lemilitant à 21:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :