Fonctionnaires ou agents publics, si on veut gagner c’est maintenant !

Debout, les damnés de la terre, debout, les forçats de la faim

La raison tonne en son cratère, c'est l'éruption de la faim.

Du passé faisons table rase, foule esclave, debout, debout

Le monde va changer de base, nous ne sommes rien, soyons tout

Ce 1er couplet de l’Internationale, hymne chantée à la fin de chaque congrès de la Fédération Générale des Fonctionnaires Force Ouvrière résume à lui seul la situation dans laquelle se trouve la fonction publique et ses agents depuis presque 1 an.

Gel des traitements, réinstauration du jour de carence en cas d’arrêt maladie, compensation non-pérenne de la hausse de la CSG, report des maigres mesures de PPCR, suppression annoncée de 120 000 postes et plus récemment les annonces du Comité interministériel à la transformation publique.

Comité qui a donc annoncé, un plan de départ « volontaire » pour les fonctionnaires dont le poste a été supprimé à cause d’une restructuration, le recours massif à des contractuels au lieu de fonctionnaires, la rémunération au mérite et des remises en cause des compétences des CAP qui garantissent l’égalité de traitement des agents.

Que faut-il de plus dans ce contexte clairement anti-fonction publique pour se mobiliser ?

Faut-il attendre la fin du statut général des fonctionnaires ? La fin des garanties collectives ?

Pour la FGF-FO, la réponse est évidemment NON !

Bien entendu, chacun sait qu’il n’est pas simple de mobiliser mais nous n’avons pas le choix. Alors que le mécontentement monte chaque jour dans le secteur pénitentiaire, dans les Ephad, dans l’enseignement, dans les transports, etc. démontrant que personne n’est dupe des attaques de ce gouvernement contre notre modèle social, notre responsabilité est d’appeler l’ensemble des fonctionnaires et agents publics à lutter.

Lutter pour défendre les intérêts particuliers des agents publics mais aussi une certaine conception du service public républicain et l’égalité des droits.

banniere-FO-1