lundi 30 avril 2018

FO Santé HCL demande et obtient un CHSCT Extraordinaire de l'UCC !

Suite aux évenements gravse qui se sont déroulés à l'UCC le samedi 21 avril dernier , FO Santé HCL a obtenu un CHSCT Extraordinaire qui s'est tenu le vendredi 27 avril au matin.

Une lettre pétition va circuler dans l'hôpital pour soutenir le personnel et adresser les revendications des personnels soignantsà la direction générale des HCL et de l'I-VIE !

En CHSCT , FO a été la seule organisation syndicale à proposer un cahier de revendication .

Signez en masse la lettre pétition !

91926877sans-titre-1-jpg

Posté par lemilitant à 21:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]


jeudi 26 avril 2018

Une attaque sans précédent sur les prestations CGOS des personnels hospitaliers ! MACRON détruit tout !

🚨CGOS : Une attaque sans précédent sur nos prestations !!

Déjà en 2017, le CGOS avait subi une attaque majeure (avec les voix de la FHF et de la CFDT) sur ses prestations:
✔baisse du complément de salaire abaissé à 45%
Suppression de la prestation mariage (269€)
Baisse de la prestation décès de 673 à 163 €
Suppression du coupon sport (jusqu’à 50 €)
Fléchage des CESU sur la seule garde d’enfant en lieu et place des prestations existantes, lésant au passage des milliers d’hospitaliers ! En 2017, ce sont pourtant 600 dossiers supplémentaires déposés dans la Région pour les frais de garde !

Ironie de la situation, l’excédent budgétaire annoncé fin 2017 risque d’être volé aux hospitaliers par le ministère !

Alors que la direction nationale se lance dans une grande opération de modernisation du CGOS, notamment avec la dématérialisation du dossier (non sans poser de problèmes d’ailleurs !), la Cour des Comptes, de son côté, a choisi d’attaquer fort en prétextant des "illégalités". Une aubaine pour le ministère qui s’en saisi aujourd’hui pour tenter de porter un coup fatal au CGOS :

Fusion des délégations existantes dans les régions déjà fusionnées (quid du personnel du CGOS et des prestations rendues aux hospitaliers ?)
Disparition programmée des correspondants locaux
Disparition dès le 1er janvier 2019 de la prime de départ à la retraite, soit 48 euros par année de service… !!!
Sortie du CGOS de la Complémentaire Retraite
Fin annoncée du complément de salaire versé par le CGOS (fin du bénéfice de la moitié du salaire en cas de maladie pendant 5 mois)

Le ministère a confirmé l’ensemble de ces orientations ajoutant même que cela permettra de faire baisser de 1,5% la cotisation versée par les établissements, au détriment des agent!
Au moment où le Président Macron annonce qu’il n’y aura pas d’économies sur l’hôpital dans ce quinquennat, chacun pourra juger de la véracité de ses propos !!!

La cotisation CGOS, comme celle de l’ANFH, c’est notre salaire différé : il doit rester géré PAR et POUR les hospitaliers !

Ces attaques sont autant de raisons supplémentaires justifiant l’organisation de la grève et de la mobilisation autour de revendications nationales claires :
- défense du CGOS
- retour des prestations au niveau de 2016
- maintien de la prestation maladie à 47,5%

SYNDIQUEZ VOUS FORCE OUVRIERE CAR C’EST ENSEMBLE ET ORGANISÉS QUE NOUS POURRONS RÉSISTER !

31317948_644968442516505_83904273481465856_n

 

Posté par lemilitant à 20:16 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 22 avril 2018

24 éme Congrès FO à Lille , FO santé HCL y sera !

31064309_2078944528812628_503099820374753280_n

31171478_2078944582145956_7957556788591591424_n

Posté par lemilitant à 19:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


vendredi 20 avril 2018

Pourquoi Force Ouvrière ? Le nom de votre syndicat est lié à quoi ?

Repères : Pourquoi Force Ouvrière ?


Force Ouvrière tire son nom du journal clandestin fondé par les « confédérés » de FO pendant la Seconde Guerre mondiale. Dénommé alors Résistance Ouvrière, le journal devient Force Ouvrière, sous l’impulsion d’André Viot, qui dirige alors la publication. Celle-ci regroupe autour d’elle, dès décembre 1945, les syndicalistes rassemblés en groupes d’Amis de Force Ouvrière, qui veulent rendre à l’organisation syndicale son indépendance d’action vis-à-vis du parti communiste.

117325698

 

Posté par lemilitant à 17:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 18 avril 2018

Pascal PAVAGEAU , futur Secrétaire général confédéral de FO : ça va être chaud !

Le futur numéro un de FO, Pascal Pavageau, condamne la "logique d'individualisation" de la société prônée selon lui par Emmanuel Macron et se prête à rêver d'une "réhabilitation" du syndicalisme, dans un entretien à l'AFP.

Celui qui doit être élu le 27 avril secrétaire général de Force ouvrière, précise d'emblée qu'il n'est pas franc-maçon et n'appartient à aucun parti. Une façon pour lui de marquer une distance avec Jean-Claude Mailly, à la tête du troisième syndicat français depuis 2004.

"Je veux incarner l'indépendance, ce qui est un changement depuis la création" de FO en 1948, après une scission avec la CGT: tous les secrétaires généraux de FO étaient adhérents du parti socialiste.

La ligne de ce presque quinqua issu de la fonction publique? Celle de FO "historique", c'est-à-dire "négocier à chaque fois qu'on peut le faire car la négociation est un rapport de force, un bras de fer intense".

Et ensuite? "Pas d'état d'âme" à aller à la contestation, qui va de l'action en justice à la grève et à la manifestation.

Approuvant la convergence des luttes prônée par la CGT, il lui préfère le terme "unité d'action". Mais elle "ne s'improvise pas et se prépare".

Le terrain semble propice, selon lui. "De plus en plus de travailleurs et de citoyens sont d'accord pour dire que la vision de Macron du nouveau monde où on est tous livrés à nous-mêmes, tous autoentrepreneurs, ne correspond pas à l'esprit d'une République d'égalité des droits".

- "Bombes à fragmentation" -

Plus globalement, il critique la "logique d'individualisation" prônée selon lui par le président de la République à l'opposé de sa propre vision, fondée sur le "droit collectif, l'égalité des droits et les valeurs républicaines".

Il est "frontalement contre" le compte personnel d'activité (CPA), mis en place sous François Hollande et qui, selon lui, "suit une logique de dévitalisation des droits collectifs et d'individualisation des droits que je ne partage absolument pas".

Plus généralement, "lorsqu'on obtient de nouveaux droits" dans une entreprise, une branche ou en interprofessionnel, il est "de la responsabilité de la puissance publique de les étendre ou de les généraliser pour garantir l'égalité des droits".

Le futur leader voit comme un "autoritarisme primaire", "quasi dictatorial" le fait que pour la réforme de la formation professionnelle, l'exécutif n'ait pas pris en compte le refus unanime des syndicats de transformer l'unité de mesure du compte personnel de formation (CPF), en euros plutôt qu'en heures.

Et raille "le big bang" de la formation professionnelle promis par Muriel Pénicaud avec cette réforme qui doit être présentée en conseil des ministres le 27 avril, en plein congrès de Force ouvrière. "Big bang, ça rime avec boomerang, qui peut mettre du temps à revenir mais revient toujours".

Face à la "com' très bien faite" et "extrêmement efficace" de l'exécutif, lui envisage de moderniser celle de Force ouvrière, promettant "phrases chocs" ou présence plus adéquate sur les réseaux sociaux où le syndicat "est mauvais".

Autre mission: "essayer de réhabiliter le syndicalisme dans l'esprit de chacun". "Syndicalisme ne rime pas forcément avec chemise arrachée ou pneu brûlé. C'est avant tout protéger et défendre les collègues et les salariés", relève-t-il.

"Syndicalisme, c'est un engagement", insiste-t-il, regrettant que "sur les plateaux télé, quand on a affaire à un représentant d'une association quelconque, c'est noble et positif, mais dès qu'il s'agit d'un syndicaliste, c'est tout de suite ringard, c'est l'empêcheur de tourner en rond".

Or l'enjeu est crucial car "les digues du statut, des conventions collectives, du Code du travail, de la Sécu sont très largement fissurées" et "le gouvernement pose des bombes à fragmentation sur ces digues" en vantant le "chacun pour soi, dans une logique de jungle".

pascal-pavageau-photographie-a-paris-le-4-avril-2018

lundi 16 avril 2018

Nous répondrons en masse à MACRON le mardi 22 mai en grève et dans la rue !

fonction publique

 

NON au deuxième jour de travail gratuit , non aux suppressions de postes , non à la multiplication des contractuels , non au salaire au mérite , non à la suppressions des CHSCT et des heures syndicales pour les militants et militantes !

 

Posté par lemilitant à 12:41 - Commentaires [1] - Permalien [#]