samedi 30 novembre 2013

Les agents hospitaliers de plus en plus malades ! Un constat édifiant , Mme Bachelot le savait et Mme Touraine le sait aussi !

absences_au_travail_fo_sante_1_

 

Un document exclusif de 4 pages pour comprendre !

              

                                                                            

Posté par lemilitant à 06:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


vendredi 29 novembre 2013

1 er janvier 2014 : le choc de l'augmentation de la TVA !

100 euros de plus de TVA par personne, c’est le coût de la hausse décidée par le gouvernement. Une hausse injuste, qui touchera plus fortement les bas revenus… et que Jean-Marc Ayrault dénonçait en janvier 2012.

 

Bien que le gouvernement, après un revirement supplémentaire, ait décidé d’ouvrir des discussions sur une réforme fiscale d’ampleur, il ne semble pour autant pas vouloir revenir sur la mesure la plus injuste promulguée (malgré ses engagements de campagne): la hausse massive de la TVA. Les taux de TVA passeront, au 1er janvier prochain, de 19,6% à 20% pour le taux normal et de 7% à 10% pour le taux intermédiaire (restauration, alimentaire, aide à la personne, travaux dans un logement, billets de train…). Alors que le taux réduit aurait dû baisser à 5%, il a finalement été maintenu à 5,5%.

C’est pour financer le Crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE), ce cadeau aux entreprises de 20 milliards d’euros, que tous les citoyens paieront près de 100 euros chacun de TVA supplémentaire en 2014. Non seulement cette augmentation se traduira par une hausse des prélèvements de 400 euros pour un ménage avec deux enfants par exemple, mais ces prélèvements frapperont en outre beaucoup plus fortement les bas revenus.

LES PLUS PAUVRES PAYENT DEUX FOIS PLUS DE TVA QUE LES PLUS RICHES

Une enquête de l’INSEE, menée en 2008, a ainsi montré le caractère profondément dégressif de cette taxe. En effet, par rapport au revenu réellement disponible des ménages, cette étude montre que la somme payée en TVA est près de deux fois plus importante pour les 10% de ménages les plus pauvres que pour les 10% de ménages les plus riches: 11,52% des revenus des bas salaires vont au paiement de la TVA, alors que les hauts revenus n’y consacrent que 5,92%. En proportion de leurs revenus, les plus modestes paient ainsi une TVA deux fois plus importante que les plus riches.

«Une augmentation de 0,4 point, personne n’est obligé de la répercuter dans les prix», a nuancé Pierre Moscovici en oubliant au passage l’augmentation de 3% du taux intermédiaire. «Il est important qu’il y ait aussi des comportements vertueux, notamment dans le secteur de la grande distribution qui doit montrer un engagement civique aux côtés des Français», a-t-il ajouté.

Le civisme de la grande distribution, il suffisait donc probablement d’y penser… alors même que ce secteur va recevoir sans contrepartie 3 milliards d’euros au titre du CICE, selon Bercy.

Reste que les Français n’ont pas encore mesuré l’impact de la hausse de la TVA et que le début d’année risque d’être douloureux.

Posté par lemilitant à 08:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 27 novembre 2013

Communiqué de FO HCL suite à l'aide de l' Etat pour HEH et Louis Pradel :

Les Hospices Civils de Lyon : les nouveaux Grecs de la Fonction Publique Hospitalière ?

 

Après une semaine passée où les nuages noirs s’accumulaient sur l’avenir des HCL à travers les différents communiqués, laissant croire que les aides gouvernementales ne seraient pas versées, le sauveur des services publics lyonnais et grands-lyonnais (peut-être même Grand-Métropolitain !) et accessoirement Président du Conseil de Surveillance des HCL, a annoncé  ce jour la décision du COPERMO  dans un communiqué de presse dont FO possédait un exemplaire depuis… le 22 Novembre 2013.

Le Syndicat FO des HCL pourrait se réjouir  de l’octroi de 95 Millions d’Euros (et 16 ME  annuels sur 11 ans) pour la mise en œuvre du plan « Horizon 2017 » (qui inclue la rénovation des Hôpitaux Herriot et Pradel).

Mais les HCL sont dans la même situation que connaissent les Grecs : pour revenir à l’équilibre financier et rembourser les aides octroyées par les tutelles (Ministère, ARS, Grand Lyon, Ville de Lyon), il leur faudra :

 -privatiser les  services n’étant pas le « cœur de métier de l’hôpital » :

  • Entretien des locaux (850 agents concernés),
  • Transports logistiques (biologie, repas),
  • Création d’un GCS pour la lingerie,
  • Et certainement demain la privatisation de la cuisine, de la biologie, des différents corps de métiers de maintenance, GIE divers….

-rentrer dans une course à la rentabilité via « l’Activité » dans la logique de la loi HSPT qui n’est qu’un leurre car dans le cadre de l’enveloppe fermée de la T2A, l’augmentation de l’activité fait automatiquement baisser la valeur de l’acte.

Pour FO, ces aides toxiques sont un cadeau qui va nous coûter cher: accentuation  des restructurations et  baisse de la masse salariale avec pertes d’emplois et gel du point d’indice.

Cette logique de « business plan » est en opposition avec la notion de Service Public Hospitalier. C’est pourquoi la revendication posée au Ministère de la santé le 24 Septembre 2013 par notre Fédération demandant l’effacement des dettes des hôpitaux publics et l'abrogation de la Loi HPST est d’autant plus d’actualité.

Posté par lemilitant à 20:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 25 novembre 2013

Réforme fiscale : " si Ayrault a voulu faire un ' coup' , il y aura un effet boomerang " prévient FORCE OUVRIERE !


INTERVIEW – Les consultations sur la "remise à plat" de la fiscalité, annoncée la semaine dernière par Jean-Marc Ayrault, démarrent lundi. Jean-Claude Mailly, le patron de Force Ouvrière, livre à metronews sa position sur ce chantier aussi crucial qu'épineux

Pour le secrétaire général de Force Ouvrière, "il faut avoir le courage de poser clairement les choses pour aboutir à un système beaucoup plus juste".
Pour le secrétaire général de Force Ouvrière, "il faut avoir le courage de poser clairement les choses pour aboutir à un système beaucoup plus juste". Photo : CHAUVEAU NICOLAS/SIPA

Vous serez le premier reçu par le Premier ministre lundi matin. Qu'allez-vous lui dire ?
Je vais bien sûr lui parler de la réforme fiscale, mais auparavant j'insisterai sur le fait que les questions de fiscalité, comme d'emploi, sont très liées à la politique économique menée en France et en Europe. Je m'appuierai notamment sur une toute récente étude de la Commission européenne : elle montre qu'entre 2011 et 2013, l'austérité en France a conduit à une baisse de la croissance de 4,8%. Ça cadre tout le reste.

En matière de réforme fiscale, pour quelle mesure plaidez-vous en priorité ?
Le renforcement de l'impôt sur le revenu. On doit le rendre plus progressif, avec un rendement beaucoup plus important. Cela signifie peu de possibilités d'y échapper, y compris de manière légale à travers les niches fiscales. Et nous ne sommes pas contre une augmentation du nombre de tranches. Il faut également que ceux qui aujourd'hui ne paient pas l'impôt sur le revenu car ils ne gagnent pas assez le fassent, même symboliquement : c'est ce qui fait que l'on est citoyen. De manière générale, l'impôt est indispensable, mais il faut qu'il soit équitablement perçu et correctement redistribué. Ce sentiment n'existe plus aujourd'hui.

La fusion de l'impôt sur le revenu et de la Contribution sociale généralisée a été évoquée par Jean-Marc Ayrault. Qu'en pensez-vous ?
C'est un débat très compliqué. Si on intègre la CSG à l'impôt sur le revenu, comment garantit-on qu'il y aura encore les sommes nécessaires pour le financement de la protection sociale ? Je préfère que l'on recrée un vrai impôt sur le revenu et que l'on discute en parallèle du financement de la protection sociale. D'autant que ce rapprochement pourrait conduire à mettre en place une retenue à la source, qui aurait beaucoup d'inconvénients. On peut notamment se demander si le fait de transmettre sa situation fiscale à son employeur serait une bonne chose.

François Hollande a temporisé en assurant que cette réforme s'étalerait jusqu'à 2017. A-t-il raison de ne pas précipiter les choses ?
On est bien conscient qu'une telle réforme ne se fait pas en un mois. Mais le plus vite sera le mieux. Les lignes de conduite doivent en tout cas être fixées assez rapidement. Il ne faut pas donner le sentiment que tout est jeté aux oubliettes.

L'opposition accuse Jean-Marc Ayrault d'avoir voulu faire un "coup politique". Quel est votre sentiment ?
Je ne veux pas rentrer dans ce débat et je n'ai pas de raison de douter du Premier ministre, qui répond à une ancienne demande syndicale en annonçant cette remise à plat. Maintenant, si c'est pour faire un coup, il y a aura des effets boomerang, d'une manière ou d'une autre. Nous allons pousser pour que cette refonte se fasse. Trop souvent les gouvernements, quels qu'ils soient, annoncent des réformes et les enterrent ensuite, notamment en matière fiscale. Il faut avoir le courage de poser clairement les choses pour aboutir à un système beaucoup plus juste.

Vous avez rejeté l'initiative de la CGT et de la CFDT, qui appelaient à un front syndical uni face "à la gravité de la situation" du pays. Pourquoi ce refus ?
Il y a d'abord une raison de méthode. Quand on envisage de faire une réunion, la moindre des choses est de prévenir les intéressés. Là, on n'appelle personne et on envoie une convocation par mail. Je trouve cela curieux. D'autre part sur le fond, je crois qu'il faut se garder de jouer les faux-semblants. On se verrait pour parler de quoi ? Nous avons vu sur les retraites ou sur la sécurisation de l'emploi qu'il y avait des désaccords de fond entre organisations syndicales. On ne peut pas faire croire qu'on est d'accord alors qu'on ne l'est pas. Ce serait de la com'.

Posté par lemilitant à 07:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


dimanche 24 novembre 2013

FO totalement opposé au prélèvement de l'impôt directement sur la fiche de paie ! Et vous ?


Dans une interview au JDD de ce 24 novembre, Jean-Claude Mailly, le patron de FO, qui sera le premier leader syndical à être reçu par le Premier ministre, estime concernant l'éventuelle fusion CSG-IR: " aujourd'hui le seul atout de la CSG est qu'elle finance la protection sociale collective. Si on la supprime, comment garantit-on le financement de notre protection sociale? Cela pose le problème de prélever l'impôt à la source".

Or, le patron de FO affirme son opposition totale au prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu, l'une des possibles réformes de ce chantier. " Nous sommes contre cette idée, car seuls les salariés paieraient leurs impôts comptant et les entreprises se retrouveraient à devenir des collecteurs d'impôts".

Le Crédit d'impôt recherche sert à l'optimisation fiscale

A propos du rééquilibrage de l'impôt sur les sociétés au profit des PME, il lance: " quand vous voyez que la PME du coin paie plein pot alors que des multinationales ne paient pas d'IS, c'est anormal. Outre ce sujet, je vais proposer au Premier ministre la refonte du crédit impôt recherche afin que cela en puisse plus être un outil d'optimisation fiscale".

Posté par lemilitant à 19:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

lundi 18 novembre 2013

Assemblée générale du personnel à l'hôpital Antoine Charial , le jeudi 21 novembre 2013 à 14h30 !

Ce jeudi 21 novembre 2013

ASSEMBLEE GENERALE DU PERSONNEL

 

14 H30 à la Chapelle !

une première à CHARIAL !

Venez nombreux , construisons ensemble le cahier de revendications !

Posté par lemilitant à 22:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 13 novembre 2013

partie 1 bfm tv / BFM Reçoit FO !

Posté par lemilitant à 06:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

partie 2

Posté par lemilitant à 06:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]